Produits dans mon panier

Votre panier est vide, découvrez nos collections

La lingerie du bonnet AA au E

Ysé Triangle bustier Souvenir de toi Noir
Triangle bustier Souvenir de toi
55,00€
Ysé Corbeille foulard String Matin bleu Rouge rubis
Corbeille foulard souple Matin bleu
45,00€
Ysé Triangle armaturé Matin bleu Noir
Triangle armaturé Matin bleu
45,00€
Ysé Corbeille L'aurore ivoire
Corbeille souple L'aurore
60,00€

Dix conseils pour traiter son corps avec bienveillance

00:00

“Le moment où l’on se lève de sa serviette pour aller se baigner. Cette marche là, c’est 50 mètres d’horreur. On se sent exposée à tous les regards, alors qu’en fait, on est souvent une dizaine de femmes à faire la même marche et à se sentir aussi mal. Il suffirait qu’on se soutienne du regard pour ne plus avoir l’impression qu’on s’entre-juge.”

Cette phrase, c’est un peu le point de départ de l’été pour bon nombre d’entre nous : pas forcément à l’aise avec notre corps que l’on juge sévèrement et/ou pas à l’aise avec la semi-nudité quand le mercure grimpe. Mais depuis quelques temps on dirait qu’enfin, la bienveillance que l’on ne réservait qu’aux autres, on se l’accorde aussi à soi… Malgré encore un peu de résistance à vaincre, en nous-même.

Pour faire sauter les derniers verrous qui nous empêchent d’être des fontaines de self-love, on a rencontré Josepha Raphard. Elle a réalisé les séries documentaires “MEUFS” puis “MÈRES” qui s’intéressent à la sociabilisation et aux parcours de femmes et elle anime le Loma Club, des cercles de paroles entre femmes et futures mères.

De notre entretien, nous avons retenu 10 tips pour réussir à lâcher prise sur ses craintes et aimer (peut-être) un peu mieux ce corps que nous habitons.

1 - Fake it, 'till you make it

“La sociabilisation féminine nous apprend qu’on devrait être humbles et discrètes. Qu’il ne faudrait pas dire qu’on se trouve belle parce que ce serait autocentré, mais ce n’est pas du tout un souci ! D’ailleurs, il suffit de tester un jour : de se dire “aujourd’hui je me comporte comme si je me trouvais incroyablement belle”. Avant d’aller à la plage, par exemple, s’y rendre sans faire de compromis pour cacher ses inquiétudes, comme mettre un maillot une-pièce plutôt qu’un bikini pour planquer un bourrelet. C’est fou comme on se sent effectivement plus belle quand on se laisse vivre."

2 - Ne faites pas à vous-même ce que vous ne feriez pas aux autres
“J’adore dire aux autre femmes que je croise dans la rue qu’elles sont belles, parce qu’on manque de gentillesse gratuite les unes envers les autres. Et en travaillant ce réflexe de faire des compliments, ça remet aussi en perspective la façon dont je me parle à moi-même. Je ne dirais jamais à une femme qui me montre un photo d’elle “oui, ça va, tu passes.” Alors pourquoi dire ça de mes photos ? De mon corps ?”

3 - Les belles photos effacent les ratées
“Ce qui m’a aidé à m’aimer mieux, c’est de prendre des photos de moi en maillot. Des photos où je me sens super belle. Comme ça, même si a un autre moment, on prend une photo de moi où je ne me sens pas super, je ne passe pas ma journée à m’angoisser puisque je sais qu’elle ne représente qu’un moment, pas mon aspect permanent.”

4 - Avoir un·e cheerleader perso
“Quand je n’étais pas capable de voir ce qui était beau chez moi, il a fallu qu’on me le dise (et que j’accepte de le croire bien sûr). Mais à force de l’entendre répété, ça finit par rentrer.”

5 - Parler à son miroir
“À force de me dénigrer, un jour j’ai pris les choses en main et je me suis regardée dans la glace pour me poser les vraies questions. Pas “pourquoi je suis trop comme ci ou comme ça” mais “pourquoi aujourd’hui je me sens comme ça ?”. Notre rapport à notre corps n’est jamais objectif, puisqu’en s’étudiant, on peut réveiller des peurs, des douleurs, des blessures d’enfance ou de couple. Et c’est ces blessures qu’il faut étudier au lieu de simplement se dire “je suis moche”.

6 - Ne pas être productif·ve
“Pour se sentir à l’aise, il faut aussi se connaître. Trouver ce qui nous va :
- les vêtements qui vont avec notre personnalité.
- make-up ou non
- l’activité qui nous fait nous sentir en confiance. L’important c’est de le faire pour passer un bon moment, sans arrière-pensée de productivité. Je fais du sport parce que ça me plaît pas pour perdre du poids. Je fais de la céramique pour déconnecter, pas pour devenir artiste.”

7 - Ne pas se réprimer
“Parfois il faut accepter de vivre nos sentiments négatifs, pour que le mouvement body positif ne devienne pas une injonction de plus. Il arrive qu’on ne se trouve pas super et qu’on n’ose pas le dire parce qu’on nous répond “accepte-toi comme t’es !” et peut-être que demain on se sentira en effet comme une reine mais pas aujourd’hui… Et ce n’est pas grave”

8 -     Mamies do it better
“La génération qui a actuellement 40-50 ans a porté tellement d’injonctions qu’elles n’arrivent pas à accepter leur corps. Ça a sauté une génération, nos grands-mères s’en fichent, nos mères s’enferment dans leurs complexes et les générations plus jeunes commencent à lâcher du lest en terme de pression.”

9 -     Netflix peut avoir du bon
“Ce qui est rassurant pour les filles qui arrivent maintenant, c’est que leur génération grandit avec des séries comme Sex Education et c’est tellement plus libérateur que les médias et les représentations qu’on a pu avoir dans les années 80 à 2010”

Un dernier conseil ?

Vous en Ysé

10 -    

To kiff list
“L’un de mes conseils ultimes, pour terminer : faites une liste de 10 choses qui vous procurent vraiment énormément de plaisir. Pas simplement “écouter de la musique” ou “regarder une série”, des choses précises. Et forcez-vous à en faire une à deux par jour pour vous sentir maître de vos choix et plus sûre de vous.”