Produits dans mon panier

Votre panier est vide, découvrez nos collections

La lingerie du bonnet AA au E

Ysé Triangle bustier Souvenir de toi Noir
Triangle bustier Souvenir de toi
55,00€
Ysé Corbeille foulard String Matin bleu Rouge rubis
Corbeille foulard souple Matin bleu
45,00€
Ysé Triangle armaturé Matin bleu Noir
Triangle armaturé Matin bleu
45,00€
Ysé Corbeille L'aurore ivoire
Corbeille souple L'aurore
60,00€

Post-partum :
votre corps,
ce temple

Post-partum :
votre corps,
ce temple

Pendant la grossesse, vous (et votre corps) êtes au centre de toutes les attentions. Vous êtes félicitée, regardée, parfois enviée, admirée. “Oh, ce joli petit ventre rond !” ; Comme la grossesse te va bien !” Pourquoi diable cela devrait cesser dès l’instant où votre bébé nait ?

Lilylovesfashion Post partum May

« Ne considérer votre corps ni comme un vaste champ de bataille, ni comme une ruine. Voyez plutôt en lui un temple. »

Nous vous voyons, trop souvent, vous reléguer au second plan, penser être moins importante que ce petit être à qui vous avez envie d’offrir le monde, avoir peur que les marques et cicatrices corporelles laissées par ces intenses neuf mois s’installent définitivement… Cela s’entend. Ce que nous aimerions vous dire - et que vous n’entendez sûrement pas assez - c’est de ne pas délaisser votre corps. De lui donner du temps. Regardez comme il a fièrement traversé cette odyssée qu’est la grossesse, comme il a surmonté l’épreuve de l’accouchement. A présent se profile la grande aventure du post-partum et nous savons comme elle peut être difficile. Tissus, muscles, organes, tout votre organisme en sort inévitablement bouleversé. Chacune entretient une relation profondément intime à son corps : la manière dont sont vécues la prise de poids et les modifications corporelles est aléatoire et ô combien personnelle, tout comme la variation de l’image que l’on a de soi. Pourtant, nous voulons vous dire de ne considérer votre corps ni comme un vaste champ de bataille, ni comme une ruine, de ne pas le regarder comme s’il n’était que le vestige d’une ancienne vie. Voyez plutôt en lui un temple. Cela vous parait difficile ? Pourtant, c’est bien ce dont il s’agit, un lieu sacré dans lequel a pris forme humaine le plus beau des miracles : votre enfant.

© photo : lilylovesfashion

COMMENT EMPRUNTER LE CHEMIN DE LA BIENVEILLANCE ?


Pour commencer, et si, au lieu de vous arrêter sur sa plastique, vous choisissiez de vous concentrer sur les sensations qu’il vous procure. Les moments qu’il vous permet de vivre. Aimer, danser, courir, apprécier la chaleur du soleil sur la peau, sentir le vent frais décoiffer les cheveux, prendre la main de votre enfant…

La cellulite ? Ce n’est qu’une texture. Les bourrelets, les vergetures, le ventre vide qui, pourtant, reste rond ? Ne les détestez pas, ils ne sont que le rappel de votre incroyable puissance. Loin de nous l’idée de vous culpabiliser si vous n’aimez pas ce tout nouveau corps chamboulé par la grossesse, l’accouchement et cette période inédite du post-partum. Non, nous vous suggérons seulement d’essayer la bienveillance. Votre corps est le seul vaisseau dont vous disposez pour sillonner la vie et naviguer sur les eaux imprévisibles de la maternité. Il est un instrument, pas un ornement. Alors, accordez-lui le temps qu’il faut pour se remettre de cette magnifique mais éprouvante aventure. Ne vous infligez pas de redoutable pression. Chacune avance à son rythme et à sa manière. Et puis, le corps idéal n’existe pas : c’est simplement le vôtre.

« Loin de nous l’idée de vous culpabiliser si vous n’aimez pas ce tout nouveau corps chamboulé par la grossesse, l’accouchement et cette période inédite du post-partum. Non, nous vous suggérons seulement d’essayer la bienveillance. »

En tant que professionnel.l.es de santé, nous n’avons de cesse de le répéter : le post-partum est une épreuve physique et psychologique et bouleverse, littéralement, votre identité. D’abord votre identité corporelle car il vous faut vous découvrir à nouveau, apprivoiser une nouvelle silhouette et accepter de nombreux changements physiques. Adolescente, vous avez observé votre corps se transformer et vous avez appris à l’aimer. Aujourd’hui, vous êtes mère et il se transforme à nouveau. Quel fabuleux spectacle, non ? Votre identité psychologique est également ébranlée. Il vous faut, à présent, vous construire en tant que mère. Acceptez tous ces chamboulements et n’oubliez pas que le temps est votre ami. Aucune femme ne peut se vanter d’avoir perdu tous ces kilos de grossesse en 3 jours et d’être devenue, dans le même laps de temps, la meilleure mère du monde ! Vous serez, toujours et quoi qu'il arrive, le meilleur des guides pour votre enfant. Montrez lui l’exemple : en vous acceptant et en vous traitant avec respect et bienveillance, vous lui apprendrez à s’aimer à son tour. Oui, il est primordial de ne pas vous dénigrez. Vous ne ressemblez pas à celle que vous étiez avant de mettre au monde votre enfant ? Ce n’est pas grave. Gardez toujours en tête que la fatigue, les douleurs, les saignements et tous les autres désagréments physiques du post-partum ne sont que passagers.

« Acceptez tous ces chamboulements et n’oubliez pas que le temps est votre ami. »

© photo : lilylovesfashion


Alors, chers corps qui viennent d’enfanter, nous voulons vous remercier. Et vous féliciter. Dans un monde où règne le standard de la beauté parfaite, celle des formes mais pas trop, des lignes et des courbes jugées suffisantes et flatteuses, celle de la peau lisse, ferme et soyeuse, nous voulons vous regarder et, pour une fois, ne pas vous juger. Vous laisser le temps d’être “imparfaits”. Ensemble, nous avons grandi et donné la vie. Alors merci. Merci pour les orgasmes et les papilles gustatives, merci d’avoir conçu et porté nos enfants, merci de les nourrir, merci de nous permettre de les toucher, de caresser leurs cheveux, de les sentir, les embrasser, merci pour tout ce que vous nous faîtes ressentir, dans le cœur et dans la tête. Chers corps, vous êtes merveilleux.

« Merci pour tout ce que vous nous faîtes ressentir, dans le cœur et dans la tête. Chers corps, vous êtes merveilleux. »